Bioélectronique de Vincent

La bioélectronique de Vincent

La Bioélectronique de Vincent a établie la notion d’eau biocompatible en 1995 par Joseph Országh. C’est une eau potable qui répond à d’autres normes, et dont la consommation prolongée ne peut qu’être bénéfique à la santé humaine.

Actuellement plusieurs procédés de structuration de l’eau sont mis au point, qu’ils soient de nature chimique, mécanique ou électromagnétique, ils apportent un plus à l’eau potable. Selon la Bioélectronique de Vincent le concept de biocompatibilité peut être défini par les normes suivantes ; un pH légèrement acide entre 6 et 7, un potentiel d’oxydoréduction rH2 entre 25 et 28, et une résistivité entre 6 000 et 10 000 Ohms.

Selon Jeanne Rousseau, la propriété essentielle de l’eau dans la nature est son état « dynamique ». La particularité d’une eau en mouvement est liée à trois facteurs (chimique, thermique et cinétique) qui conditionnent sa structure, c’est à dire l’angle incident des molécules d’eau et le nombre de molécules dans un cluster. Par ailleurs, diverses observations, et de nombreuses expérimentations menées sur les propriétés de l’eau, on conduit certains chercheurs à poser l’hypothèse que l’eau est un vecteur d’informations de nature biophysique. C’est-à-dire que les molécules d’eau posséderaient la capacité de capter et de restituer, aux systèmes vivants, des informations de nature électromagnétique, et ceci grâce à leur adaptabilité structurelle.

Rappels sur les notions de la bioélectronique de Vincent

Echelle des pH (0 à 14)

Le pH mesure la concentration en protons, ions H+, d’une solution. Il représente le facteur magnétique et la capacité énergétique du milieu. L’échelle va de 0 à 14 et la neutralité est à 7

0 riche en protons (H+)

7

pauvre en protons (H+) 14 pH

Milieu acide

Magnétisme positif(+)

Neutralité

Milieu alcalin

Magnétisme négatif(-)

Echelle des rH2 (0 à 42)

Le facteur d’oxydo-réduction, le rH2, mesure le potentiel d’électrisation de la solution et par conséquent la concentration en électrons. Il représente le facteur électrique et la capacité régulatrice du milieu.

0 riche en électrons

28 pauvre en électrons

42

Milieu réduit ou réducteur

Électrique négatif(-)

Neutralité

Milieu oxydé ou oxydant

Électrique positif(+)

Échelle de rô

Le rô, facteur de viscosité ou de résistivité, mesure la concentration en électrolytes, c’est-à-dire les molécules, les ions ou les sels minéraux, de la solution, et indique la pression osmotique correspondante. Plus la résistivité est faible et plus la concentration en électrolytes est grande.

Forte concentration en ions

Faible concentration en ions

0

Surcharge minérale

100

200

300

400

Déficience minérale

Milieu perméable aux inductions électromagnétiques

Milieu résistant aux inductions électromagnétiques

Différentes eau analysées selon la bioélectronique de Vincent

Bioélectronique de Vincent

Analyse réalisée à Aqua Dyn Auroville :

La zone 1, correspond à un milieu acide, réduit, à magnétisme positif et à électricité négative. Ce milieu est favorable à la création et au développement de la vie, des algues vertes, des microbes et des eaux de qualité. Les aliments vitalisant doivent se situer dans cette zone. Comme représenté dans le diagramme, l’eau dynamisée et osmosée se retrouve dans cette première zone.

La zone 2 correspond à un milieu acide, oxydé, à magnétisme et à électricité positifs. Une zone favorable à la conservation. On trouve dans ce milieu les champignons, les mycoses, les lichens et les antibiotiques et aussi des produits dévitalisés comme les aliments cuits stérilisés.

La zone 3 correspond à un milieu alcalin, oxydé, à magnétisme positif et à électricité négative, favorable à la dégradation. Les virus et les maladies humaines se mettent en place dans ces milieux. Elle correspond aussi aux eaux de surface ou souterraines traitées par des produits oxydants. D’après les analyses, l’eau du robinet de Pondichéry se trouve dans cette zone, car elle est très polluée et traitée au chlore.

Au final la zone 4, correspond à un milieu alcalin, réduit, à magnétisme et électricité négatifs. Cette zone est favorable à la putréfaction et la dégradation cellulaire. Les maladies infectieuses à microbes pathogènes se développent et on trouve dans cette zone les eaux de surface ou souterraines, souillées et non traitées.

Analyse des paramètres de la bioélectronique de Vincent sur les différents échantillons à étudier

Bioélectronique de Vincent

pH = concentration d’une solution en protons (H+).rH2 = facteur d’électronisation et d’oxydation ou de réduction de 0 à 42, mesure le potentiel d’électrisation d’une solution et par conséquent la concentration en électrons. rô = résistivité électrique et concentration en électrolytes (ohm /cm/cm²).C = conductivité électrique en micro Siémens μS, E = potentiel électrique (redox) en millivolts mV. R = résidu sec à 180° en milligrammes par litre (mg/ l). W = quantification de Vincent en microwatts (μW), TDS = Total Dissolved Solids en mg/l.

Tableau qui représente les valeurs guide pour apprécier la qualité d’une eau de boisson, d’après les normes de la bioélectronique de Vincent

Bioélectronique de Vincent

D’après les valeurs guide on peut définir l’eau dynamisée comme étant une eau parfaite pour la santé humaine, cependant l’eau osmosée n’est pas considérée comme eau parfaite et biocompatible. Le milieu est trop acide (pH = 5.48<5.5 norme définie sur le tableau ci-dessus), réduit et électriquement négatif (rH2 = 23,9 < 25). Quant à l’eau prélevée au robinet de Pondichéry, on peut la qualifier de nocive.

Annalyse réalisée à Aqua Dyn Auroville créée en 1994, en tant que Centre de Recherche et de Développement sur les bienfaits de l’eau pure et vivante.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *